englishdeutschfrançaisespañolnederlands
Ginkgo biloba
THE GINKGO PAGES
indexle noml'histoirefossilesl'arbrereproductionusagebonsaïl'artactualité
lienslittératurephotosfaqphoto specialawardsrecherche-plan du siteforumtwitter
feuille

feuillel'Arbre

Cette page est consacrée à la :

Classification|Forme|Bois|Feuilles|Culture|Plantation|Sexe|Bonsaï|Variétés
+ videos

Classification
 
 
A l’époque des dinosaures, les plantes à graines (spermatophytes) connurent un formidable développement, devenant le type de végétation qui dominait notre Terre. Ces plantes à graines primitives s'appellent les gymnospermes (du grec "graines nues") parce que leurs graines ne sont pas entourées par un fruit destiné à mûrir mais sont protégées par des cônes (ou pommes de pin) ou par l’écale charnue d’un grain. 
Le Ginkgo est un arbre dioïque (les deux sexes ne coexistent pas sur le même plant) : il existe donc des ginkgos males et des ginkgos femelles.
Le Ginkgo et les Cycas sont les seules plantes à graines qui ont des spermatozoïdes à cils vibratiles.

Dans les anciens systèmes de classification, le Ginkgo a plutôt été placé dans la classe des Coniferopsidées, parce qu'on pensait alors qu’il était plus lié aux conifères qu'à n'importe quels autres gymnospermes. Mais les deux groupes semblent avoir évolué indépendamment. 

Paris (photo Cor Kwant)
les arbres de Ginkgo à proximité de la Tour Eiffel, Paris

Bien que le Ginkgo soit plus proche des conifères que des arbres à feuilles caduques, il n'est en fait ni l'un ni l'autre : il occupe une position absolument unique. La recherche récente suggère que les Cycas seraient les plantes les moins éloignées du Ginkgo.

Le Ginkgo est le seul  être encore vivant reliant fougères et conifères.
En raison de ses caractéristiques si spécifiques, les botanistes ont eu bien du mal à classer le Ginkgo. Par conséquent, ces dernières années, le Ginkgo a été placé dans un groupe à part, la division (phylum) Ginkgophyta.
Cliquez ici pour consulter la Classification

Top
Forme

Le Ginkgo peut atteindre 30 à 40 mètres de haut pour une taille d’environ 4 m. Quand il dispose d’un espace suffisant, près des temples asiatiques par exemple, il peut atteindre 50 m de haut pour une taille de plus de 10 m ! Le Ginkgo pousse en colonne aux branches peu nombreuses. Les jeunes arbres sont pyramidaux et élancés puis ils développent des branches régulières, transversales, ascendantes et asymétriques. On dira qu’ils ont une croissance ‘ouverte’.
Les sujets plus vieux ont une forme ovale ou droite et forment des branches parfois irrégulières – branches souvent gigantesques et troncs énormes. Quand l’arbre atteint environ 100 ans, sa ramure commence à s’ouvrir.

Le Ginkgo a des rameaux longs et courts poussant à angle droit. Un rameau court peut devenir rameau long et l'extrémité d'un rameau long peut se transformer en rameau court. C'est pourquoi des arbres plus âgés peuvent avoir une forme plus irrégulière. Les bourgeons ont une forme distincte, ils sont coniques et bruns. Les feuilles se développent de façon alterne sur les rameaux longs. Sur les extrémités des pousses courtes et transversales, des tiges se développent très lentement en bouquets, au bout d’un pétiole. Même après un certain nombre d'années, une longue pousse ne portera qu’un feuillage clairsemé. Les pousses courtes porteront également les graines et le pollen. Les tiges sont ocres, brun clair ou grises, relativement lisses et quelque peu brillantes sous un soleil d'hiver.
 

chichi
chichi
Aomori Prefecture, N. Honshu, Japan
Photo © Hiroshi Takahashi
Le diamètre des arbres plus âgés peut devenir considérable en raison d’une croissance secondaire. L'arbre va produire des troncs secondaires verticaux (chichi basique).
Le Ginkgo produit également des excroissances (chichi = mamelles, racines aériennes) le long du tronc et des branches. Ces chichis peuvent rejoindre le sol, former des racines et donner naissance à de nouveaux troncs et de nouvelles branches. Cette caractéristique n’existe que chez le Ginkgo. Les chichi (en chinois: zhong ru) semblent être provoqués par des traumatismes, par la pression de l’environnement ou grâce aux propriétés individuelles d’un sujet particulier. On les voit sur de vieux arbres, mais également sur de plus jeunes sujets. On pense que le chichi, ajouté à la résistance aux maladies qui caractérise le Ginkgo, son adaptabilité et les différentes propriétés de l'arbre ont contribué à la longue histoire de la survie du Ginkgo. 
L'écorce est brun clair à gris brunâtre. Les arbres les plus vieux ont une écorce plus sombre et profondément craquelée, présentant  une texture semblable au liège.

 
.

Video
Les bourgeons

.

Video
 Le plus ancien Ginkgo dehors de l'Asie dans De Oude Hortus, Utrecht, Pays-Bas. Plus d'infos ici.

Top


Bois
 
 
bois (photo Cor Kwant)
Cliquez sur la photo pour un agrandissement 
et  photos
Nous avons vu que le Ginkgo, plus proche des conifères que des arbres à feuilles caduques n’est en fait ni l'un ni l'autre : il occupe une place unique dans le règne végétal. La structure microscopique du bois vient confirmer cet état de fait. Son xylème (ou bois secondaire) n’a pas de vaisseaux conducteurs de la sève, mais des trachéides légèrement arrondies qui vont produire des espaces intercellulaires (les conifères ont eux des trachéides rectangulaires étroitement ajustées). Le bois contient de magnifiques cristaux (appelés druses) composés  d’oxalate de calcium. 

Top


Feuilles

Ce qui permet le plus aisément de reconnaître le Ginkgo biloba, ce sont ses feuilles. Elles ont de 5 à 8 cm de large et sont parfois deux fois aussi hautes, bien qu’elles varient en taille et en forme. Ces feuilles sont couvertes de cire sur leurs deux faces et relativement plus épaisses que celles des autres arbres de l’hémisphère nord.
 

Elles se composent d’un pétiole et d’une feuille en forme d’éventail. Les feuilles sont striées de façon bifurquée : deux nervures latérales pénètrent chaque lame au point d’attachement du long pétiole. 
A plusieurs reprises, ces nervures se divisent en deux (photo), ne se croisant que rarement et ne fusionnant guère.
Les veines sont légèrement surélevées, donnant un aspect nervuré. Les pores sont ‘en creux ‘ et peu étendus, réduisant de ce fait l’évaporation. 
Une telle forme est dite bilobée, rappelant un éventail, la feuille étant divisée en deux lobes sans nervure médiane. 
Le pétiole a environ 8 cm ; souple, il fait voleter longtemps le feuillage sous la brise la plus légère.
Ces feuilles rappellent, en plus grand, les folioles de la Capillaire de Montpellier (Adiantum capillus-veneris).
feuilles (photo Cor Kwant)
 
 

VIDEO

Au centre, une profonde incision verticale divise la feuille en deux lobes, le plus souvent sur la partie supérieure des longues branches.
La feuille peut également avoir plus de deux lobes, en particulier sur la partie basse de l’arbre. Mais cette forme lobée peut grandement varier sur le même arbre et même d’un arbre à l’autre.
De gris vert à vert clair en été, les feuilles virent au jaune et les bonnes années elles prennent une belle couleur d’or en automne.
Certaines variétés sélectionnées se parent tous les ans de cet or automnal. Les feuilles restent sur l’arbre jusque tard dans la saison et peuvent brutalement toutes tomber, en quelques jours, même en un seul jour voire en une ou deux heures ! (videos)Falling leaves

 
formes lobée (Le Ginkgo by Bernard Jeannel)
Cette forme lobée peut grandement varier sur le même arbre et même d’un arbre à l’autre.

Les feuilles video  :

feuilles ( © Atsuko Kato)


L’extrait de feuilles sèches est souvent utilisé comme supplément nutritionnel et/ou comme thé médicinal, en Europe notamment. Ses indications sont : le cerveau, les jambes, les yeux, le cœur et les oreilles. Des études scientifiques ont prouvé que des extraits bien préparés peuvent améliorer les troubles circulatoires, la mémoire, le nombre de plaquettes du sang, les dégâts provoqués par les radicaux libres et offrir par ailleurs une sensation accrue de bien-être. De multiples autres indications ont été découvertes. Les feuilles sont également employées comme thé contre un grand nombre de maux.

Pour en lire plus sur ce point, consultez ma page : Usage.

Top


Culture

Zones climatiques 3 à 9 (-30/40 à + 20/40° C). Pour une liste des pays concernés, voir la page : Où.
Presque chaque arboretum ou jardin botanique contiendra des spécimens. Les sujets les plus beaux se rencontrent autour des temples, en Chine, en Corée et au Japon. En Chine, le Ginkgo pousse aussi  dans les forêts et vallées sur des sols acides, humifères, sablonneux et bien drainés (pH 5 - 5,5). Ils y sont cultivés en dessous de 2 000 mètres (Voir la page : ).
Pour des informations sur des arbres de Ginkgo sauvages cliquez ici.

Le Ginkgo peut vivre longtemps, 1 000 ans ou plus. En Chine, le Ginkgo le plus vieux a environ 3 500 ans !
Les ginkgos sont principalement plantés comme arbres d’ornement. Robuste,  presque cosmopolite, notre arbre prospère dans presque toutes les zones tempérées et subtropicales. L'arbre est cultivé intensivement (en particulier pour l’usage médicinal de ses feuilles) en Europe, au Japon, en Corée et aux Etats-Unis.
Nombreux sont ceux qui plantent un Ginkgo lors d’évènements particuliers : le décès d’un être cher, la naissance d'un enfant, un anniversaire, un déménagement, etc.

Plantation: Il préfère le plein soleil à la mi-ombre et des sols humides, profonds, avec un bon drainage ( le mieux est une terre argilo-sableuse), mais est très adaptable, ainsi il se développe également dans les sols pauvres, les sols compacts, il accepte différents pHs, la chaleur, la sécheresse, le jet de sel en hiver et la pollution. Fertilisez 1-2 fois chaque année. Photos racines.
Le Ginkgo est particulièrement résistant aux maladies, aux insectes parasites , aux champignons, à la pollution, au feu et même au rayonnement radioactif (bombe atomique de la Seconde Guerre Mondiale). Par conséquent il est généralement utilisé en milieu urbain le long des avenues.
Il peut tolérer des blizzards. Le Ginkgo n'a aucun mal à s'adapter aux pressions de CO2 élevées.
Il est planté dans les parcs et  comme arbre paysager, sur les places publiques et dans les jardins. Il est également utilisé pour son ombrage (peu dense quand il est jeune). Il est particulièrement facile à cultiver dans les jardins.
Au début il se développe assez lentement: il lui faut 10 à 12 ans pour atteindre 6 mètres et il faut environ 20 ans avant qu'il ait une forme arrondie.
Il peut être traité en espalier (photos), en haie ou en grimpant.
 

Nancy (photo Cor Kwant)

Ginkgo dans le Jardin Dominique Alexandre Godron,
Nancy (France), 1758


VIDEO: arbres à Amsterdam à l'automne

Planter au printemps ou à l’automne. Les jeunes arbres ont tendance à se développer tordus et devraient d'abord être tuteurés et arrosés pendant les périodes sèches jusqu'à ce qu'ils aient environ 6 mètres.
Dans des conditions favorables le Ginkgo s’accroît, à partir de mai jusque fin août environ, de plus de 30 cm pendant les 30 premières années de sa vie. Certaines années il ne se développe pas du tout, d'autres il peut croître de 1 mètre, indépendamment de l'arrosage ou des nutriments. Il peut se développer de façon régulière dans les broussailles ombragées d'une forêt jusqu'à ce qu'il y ait une ouverture vers la lumière, alors il peut croître rapidement et devenir un arbre dominant.
L'arbre n'a pas besoin de taille.
Si vous le voulez, tailler de jeunes arbres est possible au début du printemps, les arbres plus anciens sont rarement taillés.
 

Ginkgo status Endangered IUCN
Le Ginkgo fait partie des plantes en danger répertoriées par l'Union pour la Conservation Mondiale l’IUCN. Conserver la diversité génétique du Ginkgo et d’assurer sa survie sans intervention humaine. Le Ginkgo est cultivé mais la plupart des arbres commercialisés sont des mâles « copiés » et c'est bien triste pour ce fossile vivant unique!
Top
Sexe  Le Ginkgo est dioïque, les deux sexes ne coexistent pas sur le même arbre. Il est difficile de distinguer les chromosomes sexuels (XX femelles et XY mâles, comme chez les humains), de sorte que le sexe de l'arbre n'est pas facilement déterminé.Le pollen et les ovules se développent sur les branches courtes, très rarement sur la feuille (Ohatsuki) .
Ohatsuki
Ohatsuki
Photo © Hiroshi Takahashi
Après un été chaud ou s’il s’est développé dans un endroit chaud et ensoleillé l’arbre produit de façon  régulière des ovules. L'arbre femelle produit une abondance d'ovules groupés par paires sur des tiges, chacun contenant une cellule œuf,  très verte au début mais se transformant en jaune-verdâtre virant vers  l'orange et le brun.

 Ils ressemblent aux cerises. Il faut environ 20-35 ans avant qu'ils n’apparaissent pour la première fois au printemps. Les cônes  polliniques (microsporangia) contenant les spermatozoïdes de l'arbre mâle se développent également sur de courtes pousses au printemps (également après environ 20-35 ans) et la pollinisation a lieu habituellement par l'intermédiaire du vent.

Quand les ovules sont fertilisés ils se développent en graines jaunâtres,  d’environ 2.5 cm de long, se composant d'une grande "noix" (de la taille d'une amande) recouverte d’une couche externe charnue. La fertilisation réelle de la graine par le sperme libre se produit sur l'arbre.
graines (photo Cor Kwant)
La graine a un éclat argenté (abricot d’argent). En tombant sur le sol et en se désagrégeant, le tégument à maturité a une odeur 'désagréable'(comme celle du beurre rance) en raison de la présence de l'acide (butanoïque) butyrique, un sous-produit commun à beaucoup de plantes et d’animaux (le même composé qui en petite quantité est utilisé dans les parfums) et peut être très sale, rendant les arbres femelles malheureusement moins populaires pour la plantation dans les zones piétonnières. Cette période ne dure pas longtemps cependant et beaucoup d’ennuis peuvent être évités en éliminant régulièrement les graines tombées etc... En Corée, Japon et Chine les arbres femelles sont préférés parce que l’on y  apprécie les noix!

La propagation peut également être faite par bouturage  ou en greffant une branche.
Plus de détails sur ma page Reproduction.

Les graines nutritives fraîches sont vendues sur les marchés en particulier en  Orient.

Pendant longtemps elles ont été utilisées en médecine chinoise pour l'asthme, la toux avec le flegme épais, la bronchite, comme aide à la digestion et contre l'incontinence urinaire etc.

Plus de détails à ce sujet sur ma page Usage.
 

Top


line

line

Bonsaï
 

bonsai (photo Cor Kwant)
Le Ginkgo peut également être conduit en bonsaï. 
C'est un bonsaï d’extérieur qui préfère le plein soleil mais, dans les régions très ensoleillées, une ombre partielle est souhaitable. Les jeunes sujets doivent être abrités pendant l'été. Arrosez abondamment durant la période de croissance. Protégez bien contre le gel, un Ginkgo planté dans un pot peu profond est y très sensible (le Ginkgo préfère les pots profonds…), d’autant plus que ses racines charnues (donc riches en eau)  pourraient éclater avec le gel. Par conséquent, maintenez-le assez au sec durant l'hiver. 
Un bonsaï doit être plus fertilisé qu'un arbre en grand pot ou en pleine terre. Fertilisez abondamment avec un engrais organique, au printemps-octobre, deux fois par mois. Les Ginkgos conduits en bonsaï fructifient rarement. 

Forme  La forme naturelle sera le meilleur des modèles. Le Ginkgo, avec ses grandes feuilles et ses embranchements plutôt raides et lourds semble destiné  à être cultivé dans des pots de taille moyenne ou même dans de grands pots. On pourra aussi choisir un style ‘en balai’, un peu ovale et se terminant en pointe comme la flamme d’une bougie. Deux styles traditionnels japonais conviennent aussi : le Chokkan (tronc strictement vertical) ou le Moyo-Gi (tronc sinueux, semi vertical). 

Les ligatures seront utilisées avec parcimonie. On se contentera de tailler les embranchements trop longs afin de lui conserver une forme équilibrée. Son écorce est fragile et demande à être approchée avec prudence. S’il vous faut absolument ligaturer pour créer une forme satisfaisante, employez un fil léger en aluminium.  Protégez l'écorce avec du raphia et contrôlez régulièrement l’état de l’écorce.

Tailles  Les cicatrices se refermant mal, évitez les larges entailles. Au printemps et en octobre, les tiges formant bouquet doivent être rabattues à 2-3 feuilles, la feuille la plus haute tournée vers l’extérieur. Les nouvelles tiges des jeunes sujets doivent être rabattues à 2 ou 3 yeux. Les sommités peuvent aussi être taillées.  De grandes feuilles peuvent devenir quelque peu plus petites si l’on place l’arbre dans une situation ombragée et qu’on réduit l’arrosage. 

Rempotage  Les jeunes arbres (jusqu’à 10 ans environ) seront rempotés chaque année avant que les feuilles n’apparaissent. Des arbres plus âgés peuvent être rempotés tous les 2 ou 3 ans et même uniquement quand cela s’avère vraiment nécessaire. Utilisez un mélange de terreau qui offre un bon drainage. Au début, ne taillez pas trop sévèrement les racines.

bonsai-l

Vous pourrez en lire plus sur ce sujet par  ma Page de Bonsaï.

line

line

Top
forumLivre d'or


Ginkgo Vidéos:  visiter ma chaîne YouTube.

Variétés

Beaucoup de jardineries commercialisent le Ginkgo biloba. Des cultivars spéciaux sont en vente dans les pépinières. Le Ginkgo peut souvent être trouvé dans les catalogues de conifères. Les arbres mâles sont souvent produits par bouturage. Si vous avez un site approprié, s’il vous plait plantez un arbre femelle, car c’est la seule façon de conserver la diversité génétique du Ginkgo et d’assurer sa survie sans intervention humaine. Le Ginkgo est cultivé mais la plupart des arbres commercialisés sont des mâles « copiés » et c'est bien triste pour ce fossile vivant unique!
Le Ginkgo peut atteindre de grandes dimensions. Des sélections sont faites pour le rendre utilisable dans des endroits restreints  et également pour leur donner les formes désirées etc. Il existe des  variétés droites, naines, étroites et coniques, pendantes et diverses autres.

Pour les différentes variétés, lisez ma page The Tree.
 
 

Ginkgo tree in garden (photo Cor Kwant)Ginkgo (photo Cor Kwant)
Bookmark and Share
Informations supplémentaires :
The Tree-page
 

BLOG - FORUM:

Loading...


Top

PAGE D'ACCEUIL - INDEX
 

© Cor Kwant
Informations copyright.

Version française de  The Ginkgo Pages.

Merci à Jean-Luc Destombes pour corriger mon français.